• EYRAGUES 12 septembre 2015


  • Les 11 et 12 septembre 2015, l’Association ″ Li  Vihado ″ d’Eyragues, gentil village provençal situé au cœur des Alpilles entre Chateaurenard et Saint Rémy de Provence fêtait ses 20 printemps.

     

     Et pour célébrer gaiement cet anniversaire sa présidente, Madame PANCIN a souhaité mettre à l’honneur notre belle Provence autour de la belle fontaine sur la grande place du village.

     La fête avait commencé le vendredi soir avec le concert du groupe  « LE CONDOR » et la journée du samedi était concentrée sur le marché artisanal qui avait pour thème « Les Vieux Métiers ».

     

    EYRAGUES samedi 12 septembre 2015EYRAGUES samedi 12 septembre 2015

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L’Escandihado présente sur cette belle place avec une grande bugado a côtoyé de nombreux vieux métiers : le batteur de faux, le faneur, le sonnailleur qui restaure les cloches, la table avec coutures, tricots et dentelles, le chapelier, le bourrelier, le fabricant de balais, le peintre, le joaillier, les journaux et la mercière, le barbier, le dispensaire, l'école, le vannier, le rempailleur et le sabotier. Tout ce petit monde se côtoyait au rythme des "Cardelin de Maiano", avec les danseuses de "l'Escolo de Tourre" et "Crous e Pielo" qui nous ont offert un beau concert, "li Fouitaire de la Saco", la présentation du costume Arlésien et les lanceurs de drapeaux.

      EYRAGUES samedi 12 septembre 2015 

    En fin de matinée, notre association a fait une présentation sous forme de scénettes du costume contadin vu en toute saison, le printemps et l’été :

     

    Couneissès-vous lou Coumtat Venessin ? Es un pichot terraire entre Rose e Durènço au pèd dóu Ventour, lou gigant de Prouvènço. Sian à la mita dóu siècle dès-e-nouven, li gènt travaion la terro e vivon au ritme di quatre tempouro de l’an.

     

    La primo es un pau fresco mai se porto lou coustume de sesoun. Quand sian de baile lou moustran : coutihoun pica, caracò flouri, fichu d’indiano, couifo broudado, pichot faudau de sedo, beloio, tout acò pèr faire saupre que lis afaire van bèn. Moussu en braio de lin e gilet clar douno lou bras à sa mouié pèr ana faire si Pasco en famiho.

     

    L’estiéu es aqui. Dins li terro se cavo la garanço que sara secado e menado au moulin. Es Jan ALTEN, óuriginàri de Perso, que l’a ramena em’éu au dès-e-vuechen dins l’encountrado ounte à pau près cènt milo eitaro ié soun cultiva, siegue de mai la mita de la prouducioun moundialo d’aquelo epoco. La poudro de garanço sara vendudo is indianaire d’Avignoun o au marcat de Bèu-Caire. Es un travai afanaire e fau dous ome pèr maneja lou lichet. Meme si la camiso en lin e canebe espoungo la susour e si la taiolo tèn li ren, an forço caud, si moucadou de còu bagna e nousa sus la tèsto lis aparo à peno de la bruladuro dóu soulèu. Urasamen arribon li femo’mé capèu de paio o capelino pausa sus la couifo à la grèco que li veto libro seguisson lou mouvamen de si pas, si panié sus lou bras garni pèr leva la set. Soun vestido lóugeiramen, sus la camiso un courset souple pèr douna lou gàubi dóu pitre e sus un coutihoun fin uno jupo e un large faudau de coulour garanço. Un fru e d’aigo fresco parteja à la sousto d’uno ribo dóu prat e chascun reprendra soun obro.

     

    EYRAGUES samedi 12 septembre 2015EYRAGUES samedi 12 septembre 2015

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L’automne et l’hiver :

      

    Li jour coumençon de s’acourchi, li recordo soun rintrado, l’autouno es aqui. Se passo mai de tèms en famiho autour de la taulo. La Grand vestido de negre trasmet à sa fiho lou biais dóu boutis e counto à si felen d’istòri : «  A la fin d’un repas de famiho la mameto se sènt mau, es à mand de s’estavani. Sis enfant sonon lèu lou medecin. Aquéu jour lou dóutour fai ribato emé sis ami. Pamens, s’agissènt d’uno vièio e fidèlo pratico, es bèn óublija de i’ana. Arriba au lié de la malauto, moun mège assajo de l’eisamina, mai, de-bado, a talamen fa ounour à la bevèndo que n’en pòu pas pus. N’en fai la refleissioun souto voues en disènt : « i’a pas rèn à faire, quanto ganarro !! ». La bravo vièio, ausissènt acò, ié fai doucatamen à l’auriho : »es verai qu’ai un pau trop begu, mai vous n’en pregue, dóutour, sigués bravet, lou digués pas à mis enfant ! »

     

    Lou vènt-terrau boufo proun fort que lou pastre dèu teni sou capèu, sa lourdo capo l’aparo d’aquest vènt frejas e coume tout lou vilajoun vai à la messo de miejo-niue. La femo dóu baile es bèn au caud souto soun pouncho de cachomire e soun mantèu de merinos negre, couifado de soun capèu berigoulo. Li pacano tremolon un pau meme’mé sis espéssi jupo en « pèco sus pèco », si coutihoun de basin, si casaco en lanage, si pelerino de lano laisson passa lou vènt. Mai la nieu de Nouvè en Prouvènço, lou sabès bèn, fai caud dins li cor que picon à l’unissoun.

    EYRAGUES samedi 12 septembre 2015EYRAGUES samedi 12 septembre 2015

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Et sans oublier notre hymne "la Coupo Santo" chanté par un public qui se souviendra des 20 ANS de l'association li Vihado.

     

     

     

     

    Nous vous offrons ci-dessous la traduction en français de cette petite scénette imaginée , écrite et mis en scène par des membres de l'Escandihado.

    Gramaci.

    EYRAGUES samedi 12 septembre 2015

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires